Images et lettres

Fermer Littérature et poésie

Fermer It was a good year

Fermer L'art du débutant

Fermer Mes graphs

Galeries carnivores
Extras
Visites

 802168 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Contact
Contact
Littérature et poésie - Voyage

Voyage

Quand la nuit tombe de ta voix
Et que tu n’es plus là pour dire
Des enfants les tourments, l’effroi
De ne plus les entendre rire



La pluie d’un soir quand en frimas
Rit de mon cœur à brousse feu
Rappelle les rouges amas
D’étoiles brisant notre jeu



D’un coup cassé de mon corps las
Je réclame le bateau bleu
Que tout au fond de tes fracas
Tu m’as gardé et que je veux



Crisse ta peur dans mon oubli
N’oublie pas que je serai loin
De ton amour et que ton cri
S’égarera toujours en vain



Bien sûr que je n’irai pas plus loin. Pourquoi vouloir aller chercher ce qui n’existe pas. La tristesse d’un soir ne dure pas, elle se dissout dans nos conscience et on n’a même pas la ressource de la retenir, comme l’eau ça coule et ça ne s’arrête que s’il y a un barrage bien épais. La tristesse ce n’est que la mélancolie qui a pris pied en s’ébrouant, ça s’étonne de se trouver là et ça n’y reste jamais longtemps. Je ne crois pas qu’il existe un côté plus que l’autre, babord et tribord sont des illusions de marin, comme si on pouvait faire le point.

La vie n’existe plus, est-ce que l’existence vit encore ? Des yeux d’un seul tenant, se mirant bien jusqu’au fond, des yeux verts bien ancrés dans leur mer intérieure qui chahute les bateaux que je n’ai pas construits. Iront-ils loin ceux-là ?

Jules

Date de création : 02/04/2005 @ 13:18
Dernière modification : 14/08/2007 @ 14:08
Catégorie : Littérature et poésie
Page lue 7679 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Liens carnis
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 61 membres


Connectés :

( personne )
Recherche



À visiter

assofreeGuppY

exclu.gif

logo ocre rouge

logo acc

ouate ze phoque
^ Haut ^